Participez au futur atelier « RSE et Transition écologique, quelles vertus ? » le 9 janvier 2019

Participez au futur atelier « RSE et Transition écologique, quelles vertus ? » le 9 janvier 2019

Votre bonne résolution pour 2019 ?

Un atelier gratuit animé par Déclic Écologique.

La transition écologique n’a que des vertus pour l’entreprise. Venez les découvrir et expérimenter l’intelligence collective car ces méthodes permettent de vous rendre acteur et ainsi de créer de la satisfaction personnelle. La RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) peut ainsi prendre la forme de team building mobilisant largement grâce à un fond qui a vraiment du sens !

Cela se déroule Aux Canaux, la Maison des économies solidaires et innovantes de Paris le mardi 8 janvier 2019

> à 9h15 – le temps de s’installer et de se présenter autour d’un petit café.
Début de l’atelier à 9h30 – fin à 12h
Les Canaux, 6 quai de la Seine 75019 Paris

Le lien pour l’inscription, c’est par ici !

C’était l’atelier « Dopez votre RSE avec enthousiasme » aux Canaux

C’était l’atelier « Dopez votre RSE avec enthousiasme » aux Canaux

Le 21 novembre 2018, c’était l’atelier « Dopez votre RSE* à l’enthousiasme » : Déclic Écologique démontrait les atouts de la transition écologique pour l’entreprise… et il y en a ! Un extrait de sensibilisation puis d’intelligence collective pour chercher les bonnes pratiques sur les problématiques déterminées ensemble.

*La RSE est la responsabilité sociétale des entreprises. Elle vise a faire converger économie, environnement, social et sociétal.

Tuto : créez vos cartes de visite originales et écologiques

Tuto : créez vos cartes de visite originales et écologiques

Tristan Duhamel
Fondateur de Déclic Écologique

Une carte de visite doit vous permettre de vous démarquer ! Celle-ci doit être également écologique puisque c’est la raison d’être de Déclic Écologique. Alors, soyons créatifs ! C’est ce que nous avons fait pour synthétiser ces 3 paramètres.

Voici pourquoi nous vous proposons notre tuto. À vous de jouer !

Réalisation : Tristan Duhamel et Valentin Cuirot
Musique « Journeys End » par Vavrek

Les aventures de Déclic Écologique au Sénégal • # 2 • Set + à Ndangane

Les aventures de Déclic Écologique au Sénégal • # 2 • Set + à Ndangane

Durant le mois d’aout, Déclic Écologique a mis de côté l’accompagnement des entreprises en France et a pris ses quartiers d’été au Sénégal. Ce beau pays fait face à de nombreux problèmes liés à l’environnement. L’objet y était de découvrir les acteurs locaux et nouer des contacts. Rencontre avec Set +.

 

À Ndangane, ville des bords du Sine Saloum, pays Serere

À 200km au sud de Dakar, le delta des 2 fleuves (Sine et Saloum) est constitué de 52 000 ha de mangrove et îles de pêcheurs. C’est une réserve naturel et écosystème très fragile.
Pierre Diouf et ses frères sont tout d’abord piroguiers. Ils ont créé Les aventuriers du Saloum. Une activité qui le met aux premières loges pour constater les ravages du plastique dans les palétuviers.

 

SET + pour dépolluer la terre et la mer à sa mesure

La rencontre avec Tashana Batista leur a donné envie de créer Set + (Set veut dire nettoyage en Wolof @set+). Le but est avant tout de nettoyer la région et particulièrement le Sine Saloum. De ce fait, Ils souhaitaient également nettoyer le village de Ndangane de tous ces déchets qui jonchaient le sol, ce qui en fait aujourd’hui un village propre… à préserver en l’état.

Set + a commencé en mai et achète le plastique à la population qui le collecte. Ce sont particulièrement les femmes qui réalisent ce travail.

Que faire du plastique collecté

Set + organise la collecte sur son territoire et le revend  à Kaoplast, nouvelle structure située à Kaolac, à l’ouest du Sine Saloum. Son activité principale est la transformation des déchets plastiques en matière première secondaire pour la plasturgie. Le but de Kaoplast est de générer des revenus via le recyclage pour financer des projets sociaux et environnementaux durables.

Lors de mon séjour à Ndangane, il fallut 2 journées pour trier les 8 tonnes de plastique récoltées. L’idée est de structurer et professionnaliser les équipes, de trier en amont… Et de sensibiliser la population pour limiter la pollution en amont… Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. (cf épisode 1).