Participez au futur atelier « RSE et Transition écologique, quelles vertus ? » le 9 janvier 2019

Participez au futur atelier « RSE et Transition écologique, quelles vertus ? » le 9 janvier 2019

Votre bonne résolution pour 2019 ?

Un atelier gratuit animé par Déclic Écologique.

La transition écologique n’a que des vertus pour l’entreprise. Venez les découvrir et expérimenter l’intelligence collective car ces méthodes permettent de vous rendre acteur et ainsi de créer de la satisfaction personnelle. La RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) peut ainsi prendre la forme de team building mobilisant largement grâce à un fond qui a vraiment du sens !

Cela se déroule Aux Canaux, la Maison des économies solidaires et innovantes de Paris le mardi 8 janvier 2019

> à 9h15 – le temps de s’installer et de se présenter autour d’un petit café.
Début de l’atelier à 9h30 – fin à 12h
Les Canaux, 6 quai de la Seine 75019 Paris

Le lien pour l’inscription, c’est par ici !

C’était l’atelier « Dopez votre RSE avec enthousiasme » aux Canaux

C’était l’atelier « Dopez votre RSE avec enthousiasme » aux Canaux

Le 21 novembre 2018, c’était l’atelier « Dopez votre RSE* à l’enthousiasme » : Déclic Écologique démontrait les atouts de la transition écologique pour l’entreprise… et il y en a ! Un extrait de sensibilisation puis d’intelligence collective pour chercher les bonnes pratiques sur les problématiques déterminées ensemble.

*La RSE est la responsabilité sociétale des entreprises. Elle vise a faire converger économie, environnement, social et sociétal.

Tuto : créez vos cartes de visite originales et écologiques

Tuto : créez vos cartes de visite originales et écologiques

Tristan Duhamel
Fondateur de Déclic Écologique

Une carte de visite doit vous permettre de vous démarquer ! Celle-ci doit être également écologique puisque c’est la raison d’être de Déclic Écologique. Alors, soyons créatifs ! C’est ce que nous avons fait pour synthétiser ces 3 paramètres.

Voici pourquoi nous vous proposons notre tuto. À vous de jouer !

Réalisation : Tristan Duhamel et Valentin Cuirot
Musique « Journeys End » par Vavrek

La RSE*, un moyen de fédérer et d’enthousiasmer vos équipes !

La RSE*, un moyen de fédérer et d’enthousiasmer vos équipes !

Tristan Duhamel
Fondateur de Déclic Écologique

Vous souhaitez rendre votre structure plus vertueuse et/ou « team builder » vos équipes ? Vous êtes en charge de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) dans votre société et parfois, vous vous sentez seul pour faire avancer votre mission ? Enthousiasmer les salariés pour stimuler et mobiliser les forces pourrait être une carte à jouer.

Dans l’immense chantier de la transition écologique, tout le monde s’accorde sur l’urgence à agir… Et pourtant, la société comme les gouvernements ont toujours des priorités qui coiffent au poteau les questions environnementales, les repoussant aux calendes grecques. Dans l’entreprise, c’est souvent pareil.
– “ Oui oui, mais là, on n’a pas le temps, on verra ça le mois prochain.”
– “Tu as raison, mais là, il faut qu’on avance.”

La RSE et développement durable, que du plus !

La transition écologique est souvent perçue comme un sujet rébarbatif, une contrainte, une obligation, voire une punition, alors qu’elle offre de multiples vertus.
J’ai d’ailleurs animé des ateliers au Lab Pôle Emploi sur le thème « comment parler d’un sujet difficile en entreprise », en l’occurrence, l’environnement. Pour ma part, ce n’est pas un sujet difficile. J’insiste sur le fait qu’on peut le considérer sous un angle vraiment positif.
Sur le fond, la structure a tout à y gagner : au niveau financier, par des économie d’échelle ; au niveau écologique bien sûr ; au niveau de son image de marque ; et également au niveau humain. C’est ce que nous allons voir.

Comment construire l’enthousiasme

Savoir pour comprendre, comprendre pour agir, alors par où commencer ? Par la sensibilisation !
Celle-ci permet d’apprécier les raisons pour changer les choses.
En l’occurrence, pour avoir le déclic écologique :-), Il faut assimiler les enjeux de l’environnement. Cette sensibilisation préalable doit être ludique pour stimuler les participants à travers l’inclusion et la participation des salariés, des quizz… pour un moment de détente. Sans oublier des chiffres bruts et des informations réalistes et parfois crues.

Expliquer, motiver, mobiliser, enthousiasmer

Avez-vous vu le documentaire « Demain » de Mélanie Laurent et Cyril Dion ? Voyez l’enthousiasme contagieux du film lui-même et celui des intervenants. Le film a fait plus d’un million d’entrées en France et entrepris une belle carrière à l’étranger !
Lorsque l’on a compris le pourquoi du comment et la nécessité d’entreprendre la transition écologique dans l’entreprise, on comprend l’intérêt de devenir acteur et on a envie de passer à l’action.

1 + 1 = 3 ou la force de l’intelligence collective

Une fois vos équipes averties des enjeux sociétaux, l’intelligence collective est un moyen mobilisateur puissant.
1 +1 = 3 : à plusieurs, on est plus intelligent, c’est la valeur ajoutée du groupe.

Chacun apporte ses idées et prend part à l’élaboration des solutions à mettre en place afin de réduire l’empreinte écologique de la structure. Il devient donc acteur de cette transition, ce qui lui procure de l’enthousiasme.
Aujourd’hui, de plus en plus de salariés sont en quête de sens dans leur travail et en attente d’évolution dans ce sens (écologique) au sein de leur structure. 51% souhaiteraient que leur société s’engage plus avant dans la transition écologique**. Ces personnes forment le groupe moteur dans la démarche. Une entreprise vertueuse devient alors un sujet d’attractivité pour de nouveaux talents.

La satisfaction par l’action

Remplacer un geste nuisant à la bonne santé de notre planète par un geste vertueux est source de satisfaction. Essayez chez vous, vous verrez !
Au lieu de laisser filer l’eau en attendant qu’elle chauffe, remplissez une carafe et arrosez les plantes avec : vous aurez évité un gâchis et nourri vos plantes ! Bingo !
Faire appel à notre créativité libère de la dopamine (hormone de la satisfaction) dans notre cerveau. Alors ne nous en privons pas, faisons-nous du bien !

Et on fait quoi des récalcitrants ?

Comme on l’a vu, il y a toujours quelques personnes en quête de sens qui n’attendent que l’étincelle. En somme, ils seront les porte-flamme. Le milieu du groupe se laissera réchauffer et embarquer par l’élan et la compréhension des enjeux. Enfin, certains feront figure de pétards mouillés ! Ils seront plus longs à l’allumage. Chacun son rythme ! Il finiront en général par prendre le pli. Le tout est de faire bouger les lignes.

Une démarche RSE progressive

Cyril Dion dit, (encore lui !) : vouloir réaliser tout de suite un programme énorme est voué à l’échec car les troupes risquent de se démotiver en chemin. À cela, il est préférable de construire une multitude de petites victoires avec une vision, un grand objectif lointain.

Gagner cette série de victoires est une bonne façon d’augmenter le taux de dopamine, comme quand vous rayez les items sur votre liste de tâches après les avoir effectuées.
Autre exemple : en France, sur un tournage, on attend d’avoir fini le film pour enfin le célébrer. Les équipes se séparent ensuite.
Alors qu’en Allemagne, on fête aussi le milieu de tournage ! On honore ainsi la première partie du travail accompli. Les équipes sont encouragées, elles font la fête, s’épanouissent dans un autre cadre et sont reboostées, plus soudées pour la suite.

Une certaine alchimie

Néanmoins, cette démarche globale n’est pas acquise une fois pour toutes. Elle nécessite d’y revenir, de se remettre en cause, de se servir des erreurs pour corriger le tir ou essayer autrement. Tout comme il faut considérer qu’une relation entre deux personnes n’est jamais acquise mais qu’elle est en perpétuelle construction de part et d’autre, le processus de transition écologique d’une entreprise avec ses équipe mérite des allers et venues, des expériences qui nourriront le débat pour l’enrichir.

En conclusion, améliorer l’empreinte écologique de votre structure en mobilisant les équipes au service de la RSE est tout à fait jouable. Ce processus a un effet team building. Il est porteur de sens et touche également à la QVT, la qualité de vie au travail en produisant du mieux-être. Vos salariés en seront fiers.

De plus, vous ferez des économies d’échelle et améliorerez la marge opérationnelle. Enfin la société gagnera une image plus vertueuse du fait de son empreinte écologique réduite ! Bref, y’a plus qu’à !

* RSE : Responsabilité sociétale des entreprises

** Source : étude Birdeo, e-rse.net, Collège des directeurs du Développement durable

Les aventures de Déclic Écologique au Sénégal #3 Kaydara, école d’agroécologie

Les aventures de Déclic Écologique au Sénégal #3 Kaydara, école d’agroécologie

Durant le mois d’aout, Déclic Écologique a mis de côté l’accompagnement des entreprises en France et a pris ses quartiers d’été au Sénégal. Ce beau pays fait face à de nombreux problèmes liés à l’environnement. L’objet y était de découvrir les acteurs locaux et nouer des contacts.

Visite de Kaydara, centre de formation en agro-écologie

Le site est à Samba dia, à env. 170 km au sud de Dakar, au dessus du Sine Saloum.  Elle a été créée en 2003. Il n’y avait alors que de la terre sablonneuse et pas de végétation mais de l’eau dans le sous-sol. La première chose qu’a fait Gora Ndiaye fut la plantation d’arbres. Cela a permis de fixer le sol, de créer progressivement un début de terreau au sol par la chute des feuilles et enfin, de l’ombre pour travailler.

Cette ferme école est a fort essaimage : elle engage le centre avec les communes dont sont issus les étudiants. Les villages choisissent un jeune parmi les candidats. La formation dure 6 mois et au retour, sa municipalité lui fourni un lopin de terre, des semences et des arbres fruitiers.

Une devise altruiste

Apprendre pour transmettre. Dans le conte « Kaydara », la symbolique est que le savoir prévaut sur l’avoir.
Ce sont 5 élèves (1 fille et 4 garçons) qui nous ont fait découvrir le lieu. Ils venaient des 4 coins du Sénégal. Beau programme.